COMPAGNIE MPTA Mathurin Bolze

COMPAGNIE MPTA

Camel Zekri

Composition Musicale 

Les hauts plateaux

Camel Zekri est un passeur. Son œuvre se situe, à la frontière de l’écriture et de l’oralité. Il aborde le grand thème historique post-colonial avec son solo (Vénus Hottentote), l’identité et l’écologie, la diversité avec le Festival de l’eau, la transe et la mémoire avec Diwan, l’égalité avec le Cercle, la modernité et la tradition avec Xem Nun, la voix des peuples autochtone avec les Pygmées Aka, le racismeavec sous la peau.Il commence la musique très jeune avec son grand-père Hamma Moussa maitre Gnawa du Diwan de Biskra en Algérie. Parallèlement, il étudie la guitare et l’harmonie à Paris.Des rencontres fortes avec Barre Philips et Fred Frith aiguiserontsa trajectoire artistique.Le lien entre des musiques de traditions orales traditionnelles et l’improvisation générative est la caractéristique de ses créations.Camel Zekri a réalise son premier solo de guitare en 2003 avec Vénus Hottentote. Long râle transfiguré, comme détaché de toute aliénation humaine, l'instrument maître qu'est la guitare devient matière libre.La transversalité et la pluridisciplinarité innervent son travail et l'exemple le plus patent est la création du Festival de l'eau dans les années 90. Parcourant l'Afrique avec l'artiste et interprète Dominique Chevaucher, il relie son patrimoine familial, le diwan de Biskra, et son talent de compositeur contemporain au répertoire traditionnel pour la création de nouveaux dialogues musicaux. De cette transversalité naîtront des créations, des concerts, des ateliers pédagogiques de transmission interculturelle et une œuvre-concept: Le Cercle. De même, Xem Nun avec les trompes de Centrafrique l'ensemble Ongo-Brotto de Bambari, Ishango et La Lobaye avec les pygmées aka s'inscrivent dans ce mouvement.Sous la peau, sous le signe de Frantz Fanon, lui permet de travailler avec le comédien Sharif Andoura pour un duo où le texte slame la musique. Avec le cinéaste Malek Bensmail, il compose la bande originale du film La Chine est encore loin. Avec Just to dance de Héla Fattoumi et Eric Lamoureux, il compose une partition multi-instrumentale avec la chanteuse Dominique Chevaucher pour neuf danseurs un musicien et un chanteuse.